Société du vide



Les quatre indispensables 


   La société du confort, la société opulente occidentale contemporaine n’a fait qu’exacerber  le vide de l’existence de nos pauvres Barbies. Ken a voulu chercher un sens à sa vie…. ? ! Nul besoin, répond la société. Consomme et éclate-toi. Ce vide s’exprime de manière très claire à travers le langage. Ken s’est demandé quels seraient les quatre mots / concepts qui représenteraient le mieux la société américaine voire anglo-saxone dans son ensemble ? Quel vocabulaire faut-il maîtriser pour s’insérer comme un petit robot dans la société de l’hyperconsommation et du divertissement perpétuel.


FUN : Le FUN, c’est le coeur de la société de consommation. De plus en plus, on dicte aux consommateurs de « have fun« .
Avoir du fun comme on dirait au Québec. S’amuser. S’éclater. Se divertir.
  
ENJOY: Enjoy your day, your meal…. Enjoy, c’est profiter de quelque chose. On peut même profiter de.. soi-même ! Enjoy yourself. Voilà le but de notre existence selon la société mercantile : le « mere amusement« … le simple divertissement.  Avec les progrès techniques, l’augmentation du PIB, des taux de scolarisation et la tertiarisation de l’économie, le temps libre, les loisirs, les pratiques artistiques et sportives deviennent la première source d’investissement.   

EXPERIENCE : Experience en anglais est à la fois un nom et un verbe. Ce mot a tendance à être beaucoup utilisé. Tout ce qu’on vend est une expérience (mot vendeur, quasiment du vocabulaire publicitaire). Ainsi, on parlera d’une « dining experience » pour un repas au restaurant. 
Experience New York… Experience the greatest show ever…
  
CONVENIENCE : La société américaine est une société de services pure et dure. Le client est roi. Tout ce qui est proposé doit être « convenient », c’est-à-dire pratique, commode, agréable, confortable. Maternés, aidés par les technologies, les petits occidentaux peuvent devenir fainéants puisque tout est fait pour leur « convenience« . 


La perte de sens et le positif creux

      Si la première priorité est désormais de s’épanouir, s’éclater et par la même occasion faire chauffer la carte bancaire, la vie oscille donc entre ennui et divertissement. La priorité devrait pourtant ne pas être le FUN mais la FINITUDE. Notre temps sur terre est compté et le temps passé « à se divertir » peut être un temps vide, sans sens,… La première glace mangée dans l’année peut procurer un certain plaisir mais la 350e procure-t-elle le même plaisir ? 4h de télévision par jour ou 4h30 : est-ce une différence appréciable ? A-t-on besoin de se divertir en permanence, de faire quelque chose, d’acheter quelque chose ? 
    Depuis l’effondrement des valeurs symboliques, du rôle structurant des religions, l’existence a perdu sa consistance. Ce ne sont pas les valeurs consuméristes et matérialistes qui nous sauveront du « désenchantement » du monde et de la quête du sens de notre présence sur terre.
     Finalement, la critique n’est pas permise dans la mesure où tout est « amazing« , « so cool« , « awesome« … et que nous sommes tous « great« . La société américaine ne laisse pas de place au négatif. On peut tout acheter et surtout du confort, du divertissement, des objets. L’existence s’apparente à une satisfaction de nos désirs, mêmes primaires, sans fin. Quant aux mots souvent employés comme « cool« , on ne sait plus vraiment ce qu’ils signifient à force de les utiliser à tout bout de champ. Mais peu importe, il n’y a pas de sens précis. 
Publicités