Des jouets et des hommes

 
« Le joujou est la première initiation à l’art. » Charles Baudelaire

    

     Une expo au Grand Palais sur les jouets avec comme guests Ken et Barbie ! L’année 2011 assure finalement à Ken une exposition médiatique sans précédent : 50 ans et une exposition au Musée de la Poupée, un retour avec Barbie bien mérité et une campagne de pub contre la déforestation avec Greenpeace. 

   L’ambitieuse exposition rassemble mille jouets de l’Antiquité à nos jours qui retracent l’histoire du jouet occidental, son évolution et mettent en évidence son rôle dans l’éducation des hommes. Le premier contact des petits avec le monde passe effectivement par ces reproductions en miniature. A travers un parcours aussi prévu pour les enfants (marche pieds, vrai espace de jeu,…), on voyage dans le temps et l’Occident. Différentes sections rythment l’exposition : pour commencer « l’univers des animaux », ensuite « l’illusion de la vie », puis la partie la plus dense qui retiendra le plus notre attention, « jouets de filles » suivis de « jouets de garçons » et enfin « l’âge des médias ».

     La sexualisation des jouets qu’incarnent aussi le couple Barbie / Ken interroge notre rapport au genre. Les enfants se tournent-ils vers des jouets sexués par un instinct hormonal, pour des raisons biologiques ou est-ce la société, en l’occurrence les parents et les fabricants, qui leur prescrit des valeurs et des comportements à adopter ? Il suffit d’ouvrir des catalogues de jouets ou de rentrer dans une chambre d’enfants pour se rendre compte à quel point les rôles sont prédéterminés selon les sexes et répondent à des stéréotypes flagrants. D’un coté, les jouets des petites filles les incitent à rester à la maison, à se préparer à leur rôle de mères ménagères. On les cantonne dans le monde de l’intimité, de la maison et des poupées. De l’autre coté, les jouets des garçons les font partir à la guerre ou voyager : autos, avions, trains, engins de l’espace. C’est aussi à eux que s’adressent en priorité les jeux de construction.




BARBIE FOOT :

    Barbie tient une place de choix dans l’expo. On y retrouve entre autres l’oeuvre de Chloé Ruchon (2009) dont neuf exemplaires seulement avait été vendu chez Colette…
le BARBIE FOOT ou comment télescoper le foot et Barbie, deux univers très stéréotypés
Grand Palais, jusqu’au 23 Janvier 2012
Plein tarif 11 euros, Tarif réduit 8 euros
Publicités