Singapour, capitale asiatique de l’art contemporain ?


      Singapour vise haut. Après avoir accueilli la première Haute Couture Week du monde en dehors de Paris en 2011, la cité-Etat ne se contente pas du futur titre de capitale asiatique de la mode mais cherche à être la plaque tournante asiatique dans d’autres secteurs clés de l’art. Ainsi, l’année dernière, une première édition de Art Stage Singapore, une foire d’art contemporain, a fait entrer la mégalo-métropole dans le cercle fermée des villes d’art contemporain. Une initiative remarquable dans une ville où la culture et l’art sont loin d’être des points forts.
   Avec 32 000 visiteurs du monde entier en 4 jours, des superstars de l’art comme David LaChapelle ou Takashi Murakami et un directeur de premier plan, cette foire fut un succès indéniable. En effet, Lorenzo Rudolf en charge de Art Stage Singapore, a dirigé Art Basel de 1991 à 2000, qui reste la foire d’art contemporain la plus importante du monde puis fondé Art Basel Miami Beach ainsi que ShContemporary à Shanghai. Sa capacité de créer des manifestations incontournables sur le plan international a permis à Singapour de démarrer fort.
      Cette année, la deuxième édition aura lieu du 12 au 15 Janvier. Particulièrement attendue, elle s’impose déjà comme une vitrine pour l’esthétique asiatique. L’accent a été mis, comme l’année précédente, sur l’identité asiatique de la foire, qui se donne comme priorité d’aider des artistes asiatiques à entrer sur le marché de l’art international et à y être compétitif. Si les collectionneurs qui se déplacent d’Europe et des Etats-Unis, ne sont pas des moindres, ce sont probablement les collectionneurs des régions voisines qui créeront l’événement. 

Singapour vs Hong Kong
      Singapour réussira-t-elle à s’imposer comme la capitale asiatique de l’art contemporain ? Si la marché asiatique en pleine expansion offre une grande opportunité, une rivale de taille pourrait faire de l’ombre aux ambitions singapouriennes : Hong Kong, qui compte aussi depuis l’année une foire internationale de l’art contemporain. Art Fair Hong Kong présentait en 2011 des oeuvres provenant par 260 galeries de 28 pays différents contre 121 de 26 pays pour Singapour. 
     Un changement de calendriers accentuera la concurrence cette année. Récemment rachetée par Art Basel, elle ne se déroulera plus en mai mais en février, soit quelques semaines après Singapour. Les collectionneurs seront forcés de choisir une des deux destinations. 
    Une telle décision semble injuste pour Singapour mais il vaut mieux pour les organisateurs qui gèrent la foire de Hong Kong et de Bâle que leurs deux événements ne se concurrencent. Or celle de Bâle a lieu traditionnellement en juin soit quelques semaines après celle de Hong Kong. La guerre entre les deux asiatiques, toutes deux ponts entre Occident et Orient et plateformes financières, sera impitoyable. 
Advertisements