Palermo, poumon culturel de Buenos Aires

Le quartier trendy et arty

    Si, une décennie après la grave crise de 2001, Buenos Airess est une capitale du style et de la création artistique, c’est à Palermo qu’elle le doit. Ce quartier cool et au coeur de la hype argentine s’est imposé comme le centre de la créativité et de l’art de vivre du pays en concentrant les énergies et les talents. 

     Palermo est à la fois un quartier urbain qui traduit l’expansion qui a traversé tout le XXe siècle et un quartier très vert. En effet, les bosques (bois), véritable poumon de la ville, sont composés de terrains de golf, de polo, de vélodrome, du zoo et du jardin botanique. Ils rappellent l’aménagement haussmannien de verdure urbaine du XIXe siècle.

     Palermo est paradoxalement bruyant, car animé, et résidentiel. Avec ses 17,4 km², il est de loin le quartier le plus étendu. Il est en fait divisé en quatre : Palermo Soho, Palermo Viejo, Palermo Hollywood, Bosques de Palermo. 
      Cafés, restaurants, boutiques de designers et théâtres alternatifs témoignent de la vie culturelle en ébullition du barrio. Elégant, anarchique, cosmopolite et séduisant, Palermo respire le charme de la Méditerranée couplé au dynamisme new yorkais. Très occidental et riche, ses vitrines rappellent celles du Marais à Paris ou de Soho à NY.

  

Victime de son succès ?

     Le quartier n’est pas seulement branché et un paradis pour les boutiques et les créateurs,  il a su garder son coté underground et populaire. Par exemple, nombre d’artistes s’expriment sur les murs et façades.

      Mais il y a toujours le revers de la médaille. Quand un quartier trendy attire les foules, la hausse des prix de l’immobilier et les hordes de touristes risquent de lui faire perdre son authenticité et son dynanisme. Palermo qui attire de plus en plus les classes aisés et les étrangers change très vite… trop vite ?

Publicités