Le magasin du futur

    Pendant la Fashion Week londonienne, la marque mythique Burberry a ouvert son nouveau flagship store  à Londres, au 121 Regent Street. Avec ce nouveau point de vente, le plus grand (4 étages et 4 000 m2), le plus technologique et architecturalement le plus abouti, l’entreprise révolutionne l’expérience du shopping en la mêlant à l’évènementiel et au digital.  

    Le magasin interactif s’apparente à un véritable lieu d’expérience et de vie, au point de rencontre même du réel et du virtuel. En effet, le client peut faire à l’intérieur du magasin ce qu’il ferait en ligne. Les portes que l’on ouvre sont les fenêtres du site internet sur lesquelles on clique pour obtenir les informations et les services souhaités. 

     Ce flagship avant-gardiste rappelle l’avènement des Grands magasins dans le Paris hausmannien, qui avaient à leur manière révolutionné la vente et préfiguré le shopping moderne de la société de l’hyperconsommation. 

 

A quoi ressemble concrètement le magasin du futur ?

– A l’intérieur du magasin sont installés 500 enceintes et 100 écrans. L’écran géant diffuse des vidéos de défilés, des concerts partenaires,…

– En entrant dans la cabine d’essayage, des miroirs interactifs capables de se transformer en écrans détectent le produit que l’on essaye grâce à une micropuce et nous le montre porté lors du défilé.

– Le magasin possède une galerie numérique pour des expositions temporaires et permanentes.

– Les employés du magasin sont équipés d’un iPad pour consulter l’historique d’achats et les préférences des clients. Grâce à ce même terminal, le client peut se créer en magasin « le trench de ses rêves » comme sur le site.

– Le magasin prévoit des averses de pluies virtuelles pour susciter l’envie d’acheter l’un des célèbres trench-coats de la marque.

– Les clients peuvent régler leurs achats sur un mobile terminal de paiement.

– On retrouve les fonctionnalités Click to Call et Click to Chat, présentes sur le site internet de Burberry. Un client peut aussi acheter sur le site et venir collecter son article en magasin.

– Un service de conciergerie est proposé dans le magasin avec tout un ensemble de services personnalisés. Des maîtres tailleurs proposent un service sur-mesure sur rendez-vous, qui peut se prendre sur le site web.

– La signalétique du magasin est numérique.

  

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un magasin vivant qui préfigure l’avenir de la consommation

      Le flagship store de Burberry marque l’émergence d’une tendance qui pourrait s’étendre à d’autres marques, notamment les marques du luxe qui ont les moyens et doivent répondre à des exigences de plus en plus grandes. C’est dans cette même perspective que s’inscrit la démarche du Start Up Store à New York : prolonger l’expérience du web avec un lieu physique qui enrichit le storytelling de la marque.

    Les écrans interactifs à tous les étages et le studio au sous-sol produisent du contenu en temps réel. Le flagship store devenient alors un média à part entière. Ainsi, les flagship stores abandonnent progressivement leur rôle traditionnel, à savoir vendre. Ils ont désomais un rôle d’image et de média au même titre que les publicités. Ces points de vente doivent offrir une expérience, un spectacle à ses clients potentiels. Il faut les transporter, les exciter, les séduire.

   Ce flagship avant-gardiste réussit ainsi l’impossible : repenser l’expérience en magasin en s’inspirant des services proposés en ligne et donc créer une passerelle entre le monde numérique et le monde réel.

Publicités