La High Line fait des bébés

  La High Line  s’est rapidement imposée comme un des plus grands succès d’aménagement urbain de ces dernières décennies. En transformant une ancienne voie de chemin de fer désaffectée en plein de Manhattan en parc suspendu, le concept traduit à la fois le besoin de nouveaux espaces verts et l’importance de loisirs dans les métropoles occidentales, devenues des centres majeurs de divertissement. La High Line, dont la première section a ouverte en 2009, a a déjà accueilli 10 millions de visiteurs. C’est devenu un lieu incontournable de la métropole. La troisième section ouvrira au printemps 2014.

DSC05994

La High Line à Manhattan

 

Paris précurseur

     Lors de sa conception, le parc de la High Line a pu s’appuyer sur l’exemple de la promenade plantée à Paris, Inaugurée en 1993, cette coulée verte a été en quelque sorte un précurseur. Il s’agit, en effet, du premier espace vert bâti en hauteur sur un viaduc. Il s’étend sur près de 5km de Bastille au périphérique et regroupe 6,5 hectares de jardin en tout.

Le jardin de Reuilly dans la Promenade Plantée à Paris

Le jardin de Reuilly dans la Promenade Plantée à Paris

  En plus d’avoir initié cette mini-révolution, Paris pourrait bien ne pas s’arrêter à ce rôle de précurseur. La petite Ceinture, 23 km de rails désaffectés en plein Paris et poumon vert de 50 hectares, est sur le point d’être réaménagée : tramways, promenades, loisirs,… 

DSC05393

La petite ceinture à Paris

   

La Queensway, une deuxième High Line  pour New York 

queensway-map-popup    Le Queens pourrait bientôt aussi avoir sa propre High Line, en réaménageant une voie ferrée de 5,6 km, abandonnée depuis 50 ans. Les amis de cette « QueensWay » viennent de recevoir le soutien du Trust for Public Land, organisme chargé de la conservation et l’aménagement des espaces paysagers. Il a ainsi été subventionné à hauteur de 476 000 dollars pour réaliser des études préliminaires sur la faisabilité technique, environnementale et financière du projet. La Queensway veut différencier de son grand frère de Manhattan avec des installations artistiques, des restaurants et un parcours pour vélos. En reliant plusieurs parcs et en traversant des zones industrielles sur le déclin, les amis de la Queensway espèrent par la même occasion redynamiser le quartier et misent sur d’importantes retombées économiques.  Reste la question épineuse du financement : si les amis de la High Line avaient réuni rapidement d’importants fonds, la QueensWay n’a pas la même réputation et ne se trouve pas dans un quartier extrêmement aisé. Heureusement, les dépenses nécessaires ne sont pas excessives, dans la mesure où l’infrastructure existante appartient déjà aux pouvoirs publics et exige moins de travaux que la High Line.

 

Une High Line souterraine ?

  La High Line a donné des idées et ce n’est pas forcément en l’air que l’on vient chercher des espaces industrielles en friche à réamnégaer. Une Low Line est par exemple en projet. Elle verra peut-être le jour grâce au financement participatif et à de nouvelles technologies.

lowline
   
 
Le Bloomingdale Trail à Chicago

    Le Trust for Public Land, qui soutient la Queensway, accompagne depuis 40 ans la construction de parcs à travers les Etats-Unis. Il travaille actuellement sur le Bloomingdale Trail de Chicago,  un rail aérien abandonné qui doit également être réaménagé en parc urbain. Le projet prévoit aussi des aménagements pour les vélos.

Ce à quoi pourrait ressembler le Churchill Field Park après réaméngament du Bloomingdale Trail

Ce à quoi pourrait ressembler le Churchill Field Park après réaméngament du Bloomingdale Trail

 

Cycle Sky, une High Line pour les vélos à Londres

    Londres compte créer « Cycle Sky », un réseau de pistes cyclables surélevées qui relierait les principales gares de Londres. Cette idée novatrice, ambitieuse et pertinente permettrait de désencombrer la circulation, d’améliorer considérablement le temps de trajet des cyclistes, de les protéger, et de rendre la métropole plus attrayante. Si  le projet n’en est qu’à un stade primaire, les  négociations avec le maire et Network Rail, la société propriétaire du réseau ferroviaire britannique, ont déjà commencé. Ainsi que les études de faisabilité sur certains sites.

    Ce tunnel futuriste aux parois de verre pourrait voir le jour dès 2015. La première voie relierait Stratford à la City en passant par les stations Liverpool et Fenchurch Street. Des entrées et sorties seraient situées à intervalles réguliers. 

Sky-Cycle-Elevated-Bicycle-Lane-Exterior-Architecture-London-Commuter-Skyline

 

    Le projet est évalué à plusieurs dizaines de millions de livres. Comment le financer ? Il faut trouver un sponsor privé. Ce fut par exemple le cas lors de la création du vélib’ londien, Cycle Hire, qui a été sponsorisé par Barclays. Les futurs utilisateurs seraient mis à contribution, en payant un livre sterling chaque accès au réseau, selon un système comparable à la Oyster card pour le métro. Le projet cible surtout ceux qui habitent en banlieue londinenne et qui font des aller-retours quotidiens entre leur travail et leur domicile.

sky-cycle-bike-lanes-above-london-600x250

 

Publicités