Singapour, ville dans un jardin

      Surnommé la ville-jardin, Singapour compte bien devenir une ville dans un jardin. Selon le classement du cabinet de conseil Mercer, Singapour est la 4e ville la plus agréable où vivre en Asie, après Osaka, Tokyo et Hong Kong.

   

50 ans d’efforts 

    L’opération Green Singapore a débuté sous le règne de Lee Kuan Yew, fondateur de la ville, qui voulait faire de Singapour une ville verte. En juin 1963 commence alors la vaste campagne de plantations végétales. 50 ans plus tard, les parcs et réserves naturelles représentent près de 10% de la superficie de l’île, soit environ 3 300 hectares. Le gouvernement ne compte pas s’arrêter là : dans les 10 ou 15 prochaines années, ce seront a priori 4 200 hectares de la ville qui seront consacrés à la nature, sauvage ou aménagée. Enfin, les efforts de Singapour pour renforcer la biodiversité cette dernière décennie ont fait leurs preuves : 500 nouvelles espèces de flore et de faune. 

 

2 jardins superstars

DSC_0395

Gardens by the Bay

    Singapore Botanical Garden et Gardens by the Bay sont les deux icônes du Singapour vert. Le jardin botanique, proche du centre-ville, a été élu plus beau parc citadin d’Asie par le Time Magazine et a reçu 3 étoiles du Guide Vert Michelin. Quand au futuriste Gardens by the Bay, qui a ouvert en juin 2012, ses deux serres-dômes gigantesques abritent le meilleur de l’horticulture ainsi que la plus grande cascade artificielle au monde. On s’y balade façon Tarzan, sur des passerelles suspendues. Par ailleurs, au sommet de l’hôtel-casino Marina Bay Sands trône une piscine bordée d’un bois de palmiers, à 200 mètres d’altitude.
Un des deux gigantesques serre-dômes des "Gardens by the Bay"

Un des deux gigantesques serres-dômes des « Gardens by the Bay »

 

 
Une nouvelle compétitivité 
     L’avenir de l’écologie se joue en ville. Ce n’est pas Singapour qui viendra le contredire. L’île s’est imposée comme un des pays phare de l’économie globale, en restant compétitif et en mettant en avant ses avantages comparatifs. Mais la compétitivité d’une mégalo-métropole ne se résume pas à sa productivité. Elle s’explique aussi par son cadre de vie séduisant, nécessaire pour attirer la main d’oeuvre qualifiée

     Ainsi, un projet comme Gardens by the Bay n’est pas seulement déterminante pour la qualité de l’environnement urbain mais représente aussi un atout esthétique et économique, comme Central Park peut le faire à New York ou Hyde Park à Londres.

Publicités